Bruno Lemaire ou le courage des lâches

Le benêt ordolibéral qui a tout fait pour sauver Carlos Ghosn et absolument rien pour Ascoval nous pose à présent ses conditions «sociales» pour accepter un juteux accord de fusion. Fiat-Chrysler et Renault-Nissan pourront évidemment convoler en noces argentées et jouir d’une lune de miel lucrative.

Fruit des amours de saint-frusquin, la nouvelle veuve noire sera aussi sexy qu’un contrat de mariage…

Cependant, ladite résolution conditionnée à la préservation de l’emploi ne sera bien sûr qu’un énième chiffon de papier comme pour Alsthom dévoré tantôt par General Electric – un certain banquier d’affaires douteuses aurait d’ailleurs touché de somptueux émoluments pour avoir si bien conclu la prétendue «alliance stratégique»…
Tout le monde sait que les prêchi-prêcha onctueux ne sont jamais que des jérémiades de mafieux honteux et contrits dans des souliers vernis de prêtre dominicain.

En effet, l’hypocrisie est un art ; le terme vient d’ailleurs d’ «´υποκριτής» en grec qui signifie comédien.
Les négociations serviles de notre ministre d’opérette seront une mauvaise pièce de théâtre devant les caméras oligarchiques mais les vraies paroles seront déclamées loin derrière les décors officiels présentés au public et cela se déroulera en sourdine dans les coulisses ténébreuses.
Le talent des clowns tristes se confine souvent dans les non-dits et le silence.
Pour les employés de Renault, naturellement exclus de la rédaction de l’accord, il sera difficile d’y tendre l’oreille ou d’y jeter un coup d’oeil. Les spectateurs virés de leur usine patrimoniale n’auront au mieux que de piètres indemnités en guise de remboursement de la triste représentation scénique.
De toute façon, le gamin élyséen et ses comparses orléanistes les considèrent comme des «illettrés qui ne sont rien».
Leurs avis critiques ne leur importent donc guère.

La peur médiatiquement scénarisée de la blonde araignée est décidément si pratique pour les princes afin de se maintenir au pouvoir «ad vitam aeternam» ; cette odieuse dramaturgie politique n’est malheureusement pas prête de cesser. Notre économie et nos liens sociaux n’en finissent pas d’en pâtir.
Nos droits et nos libertés continueront donc encore longtemps d’être bazardés à la corbeille pour que quelques-uns continuent de se baffrer à nos dépends.
En Hexagone métropolitain, la désindustrialisation et le chômage sont toujours En Marche, la transition écologique de notre appareil productif n’est donc plus d’actualité. La croissance irrationnelle de la bulle financière est désormais notre unique horizon de vanité boursouflée.

En conséquence, tous en route vers l’Obscurité et le Néant!

Et à toute vitesse car il ne faut surtout pas louper le mur du prochain krach boursier qui est droit devant nous!
La faillite généralisée tant désirée n’attend pas les timides et les timorés en spéculations hallucinogènes!
Oui! Le RN est bel et bien l’assurance-vie de ces escrocs orléanistes (déguisés en marquis dorés) et une assurance de mort présente ou future pour nous et nos proches, les «gaulois fainéants et périphériques».
L’angoisse animale est une très mauvaise conseillère pour des électeurs déboussolés et désespérés. Ainsi, on vote donc contre ses propres intérêts et contre ses principes…
Ne vouloir choisir qu’entre deux diables immondes, c’est hériter à coup sûr d’un seul et même Enfer.

Bruno Lemaire, tout pleurnichard auprès des microphones duplices, récite l’oraison funèbre des futurs licenciés comme si c’était un sermon aux assassins!

À voir et à pleurer de rire ou de lamentation sur Le Monde version net :

Renault-Fiat Chrysler : Le Maire exige qu’il n’y ait aucune fermeture d’usine en France.

Patrice Leroux