Chic et pas cher | Ethiopie, 23 euros par mois pour confectionner des vêtements

Chic et pas cher | Ethiopie, 23 euros par mois pour confectionner des vêtements

Selon un rapport rendu public, les salariés des usines de vêtements en Ethiopie sont les moins bien payés du monde (23 euros par mois).

Guess, H & M, Calvin Klein… Ils travaillent pour les plus grandes marques !


Waouh! Enfin les soldes chez Calvin Klein!

Et en plus, la promotion est fantastique, on se l’arrache à s’entretuer entre furies distinguées en boutique de luxe :
23 € seulement pour avoir des milliers de fringues branchouilles chaque mois!

Quoi? Comment? Qu’entends-je? Qu’ouïs-je ?
C’est 23 € par mois pour les fabriquer et non pour les acheter !
Ah… euh…, c’est vrai que c’est beaucoup moins intéressant du coup!
Et si je demandais juste de garder les frusques que je couds?
Non…, le patron ne veut pas et préfère me donner des coups de fouets…
Hum… En fait, après mûre réflexion, je crois que je suis bien un «gaulois fainéant, périphérique et peu motivé» selon la douce formule du Dauphin et que je vais donc attendre la prochaine proposition toute pourrie trouvée par Pole Emploi…

Lâchement, selon les sages critères consuméristes actuels, je préfère encore être sans habit de marque griffée que sans vie du tout.

Pauvre victime de la mode que je suis!
Je vais donc encore devoir me contenter de vieilles fripes délavées et usées jusqu’à la corde pour 1€ voire 2 sur les étals défraîchis des braderies estivales.

Ma garde-robe foutraque à en être sordide et misérable ne rivalisera donc jamais avec celle des divines sœurs Kardashian qui sont vêtues avec tant de classe et d’élégance…

Damnation éternelle!
Je suis désespéré devant mon miroir amincissant car je ne serai jamais prêt à temps en vue de défiler pour les «Fashion Week» de Milan et de Paris, déjà que mes poignées d’amour ne me rendent pas service pour concurrencer des anorexiques à en mourir…

Quand on peut se payer des beaux vêtements de marque, il ne reste plus assez de saint-frusquin pour pouvoir manger à sa faim, le choix à faire est bel et bien cornélien.

Ceux qui produisent lesdites parures de vanité pour trois fois rien doivent par contre être assez longilignes pour les porter comme il faut ; en effet, ils sont fins comme de vrais cintres…

L’habit ne fait plus le moine car il le tue déjà tout jeunot rien qu’à être tissé.

 

Patrice Leroux


source : https://www.lesechos.fr/industrie-services/conso-distribution/en-ethiopie-23-euros-par-mois-pour-confectionner-des-vetements-calvin-klein