Accueil Ecologie Costa Rica : un maire veut attribuer la citoyenneté aux plantes, aux...

Costa Rica : un maire veut attribuer la citoyenneté aux plantes, aux arbres et aux abeilles

La ville de Curridabat, connue sous le nom de Sweet City ( « Douce Ville » ), a décidé de réorganiser son plan d’urbanisation autour de ses habitants non-humains. 


«Les pollinisateurs sont la clé», explique le maire de la ville, réfléchissant à la décision de reconnaître chaque abeille, chauve-souris, colibri et papillon en tant que citoyen de la ville de Curridabat.

Source : The Guardian

Pour mettre en place ce projet, l’administration mise sur la planification d’une reforestation massive de l’environnement urbain.

« Le projet de convertir chaque rue en bio-corridor et chaque quartier en écosystème exigeait une relation avec la faune et la flore, explique le maire Edgar Mora. Ces corridors améliorent la qualité de l’air, la qualité de l’eau et donnent aux gens des espaces pour se détendre, s’amuser et améliorer leur santé. »

- Advertisement -

Outre la municipalité de Curridabat, le Costa Rica a décidé de mettre en place des mesures écologiques conséquentes. Plus de 98 % de son énergie provient de sources renouvelables, et le quart du pays est labellisé « espace naturel protégé ». Le pays a également réussi à inverser l’un des taux de déforestation les plus élevés au monde.


Source : The Guardian / Reporterre

Les derniers articles

Le japon invente des sacs comestibles pour protéger les cerfs

La ville de Nara au Japon a inventé des sacs comestibles afin de protéger les cerfs du plastique.

Financements climat : Oxfam dévoile les vrais chiffres

Les pays riches gonflent leurs financements climat. L’aide financière pourraient en réalité ne représenter qu’un tiers de ce qu’ils ont déclaré, selon Oxfam.

Marche des fiertés en Turquie : ils risquent 3 ans de prison

Des étudiants risquent trois ans de prison pour avoir participé à un sit-in pacifique en Turquie.

Greenpeace prône un « ISF climatique »

Greenpeace propose d'instaurer un ISF climatique pour décarboner le patrimoine des plus riches.

Vous avez relevé une erreur dans le contenu de cette page, et vous souhaitez la signaler ? Pour cela, surlignez-la, puis appuyez simultanément sur les touches Ctrl + Entrée. Nous procéderons aux corrections si nécessaire et dès que possible.

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :