Notre Dame de Paris : les milliardaires font des dons avec votre argent !

Les cendres encore fumantes de la cathédrale Notre Dame de Paris n’étaient pas éteintes que déjà les capitalistes flairaient le bon coup. Le bon coup financier, le bon coup de pub’, le bon coup fiscal et le bon coup politique. C’est ainsi que les milliardaires et leurs multinationales avides d’échapper à l’impôt ont annoncé faire l’aumône de quelques miettes de leurs fortunes considérables amassées sur le dos des travailleurs. 10 millions pour Bouygues, 100 millions pour Pinault, 200 millions pour LVMH et la famille Lagardère… Un bon coup politique évident pour redorer l’image de ces multinationales.

Le bon coup fiscal : c’est vous qui allez payer les 2/3 des centaines de millions “offerts” par les milliardaires !

En effet, ces dons” relèvent de la niche fiscale du mécénat, ouvrant droit à une niche fiscale de 60%. C’est donc la collectivité publique qui prendra en charge l’essentiel de la défense. Si Lagardère et Arnault annoncent payer 300 millions d’euros, en réalité, ils n’en débourseront que 120, les 180 restants seront payés par l’impôt des Français !

En réalité, si on veut vraiment faire contribuer les milliardaires, ce n’est pas de dons dont la France à besoin, mais de commencer par leur faire payer les impôts. Actuellement, la niche fiscale sur le mécénat coûte plus de 900 millions d’euros par an à l’Etat. Un chiffre multiplié par 10 en 15 ans.

Lire l’article complet sur Initiative communiste

Complément d’information : face à la polémique, François-Henri Pinault, a confié ce mercredi à Europe 1 qu’il renoncerait à la réduction d’impôt liée à son don. L’opération sera en revanche très intéressante pour Total, note Libération. Avec son don de 100 millions d’euros, le groupe peut prétendre à une réduction d’impôts de 60 millions d’euros, alors qu’il n’a payé que 30 millions d’euros d’impôts sur les sociétés en 2016. La loi lui permet même de reporter l’excédent sur les 5 années suivantes. En clair, si le montant de son impôt sur les sociétés est toujours de 30 millions d’euros, Total pourrait ne payer aucun impôt sur les sociétés pendant deux ans.

© Allan Bart