Accueil Ecologie Paris : des militants d’Extinction Rebellion s’enchaînent au ministère de l’Économie

Paris : des militants d’Extinction Rebellion s’enchaînent au ministère de l’Économie

Ce mardi 30 juin, des activistes d’Extinction Rebellion France ont répandu du faux sang et se sont enchaînés au ministère de l’Économie, à Bercy. Sur leur page Facebook, ils s’expliquent :

« Ce 30 juin, Extinction Rebellion France mène une action de perturbation au Ministère de l’Économie et des Finances à Paris pour dénoncer l’hypocrisie du gouvernement et lui demander de revoir ses priorité en matière de relance économique.

Cette action théâtrale et visuelle vise à représenter la fragilité de notre système (économique, social, de santé) et de nos écosystèmes marins et terrestres face aux choix de l’État qui met toute la planète et ses habitants en danger. En effet, nos dirigeants ont sciemment choisi de dépenser des milliards d’argent public dans la relance d’activités contraires à l’urgence écologique actuelle.

Ainsi, 15 milliards d’euros d’aide à l’aviation ont été promis alors que 39 millions ont été débloqué pour de l’aide alimentaire pour les plus démunis pendant la crise du Covid-19.

Cette « relance économique » ne fait que creuser encore plus les inégalités au sein des populations, et ne nous prépare pas à un monde plus résilient et tourné vers la sauvegarde du vivant.

C’est notre planète qu’il faut protéger, et non pas les activités économiques qui la détruisent!

Il s’agit de notre futur à tous.tes : demandons leur de nous écouter !

Du 29 au 3 juillet, Extinction Rebellion lance des actions simultanées dans plusieurs pays européens : « Bail out the planet ».

Les gouvernements de toute l’Europe doivent comprendre que la gestion de notre économie comme avant le COVID19 va encore exacerber la crise écologique.
Plutôt que les industries, c’est la planète elle-même qui a besoin d’un plan de relance.

L’objectif : dénoncer les choix mortifères des gouvernements en matière de relance économique sans sécurisation des besoins humains (santé, alimentaire, emploi) et qui détruisent notre environnement et le vivant.

La pandémie du coronavirus a démontré la fragilité de nos écosystèmes face à l’activité humaine. Mais aussi celle de nos sociétés, incapables aujourd’hui d’être résilientes et autonomes. Les populations humaines, animales ou végétales sont les premières victimes de gouvernements avides de domination et qui préfèrent la sauvegarde de l’économie à celle de la planète.»


Photo : XR France

close

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle

Votre adresse électronique est conservée par Les Alternatifs uniquement pour la gestion de ses lettres d'informations.
Désabonnement facile et immédiat.

Les derniers articles

Fumer tue… l’environnement : pour de nouveaux avertissements sur les paquets de cigarettes ?

Le "Fumer tue" étant désormais bien intégré, une directrice artistique propose d'ajouter des messages de sensibilisation à l'environnement sur les paquets de cigarettes.

Vous pouvez désormais recycler votre vieux portable par courrier

Il est maintenant possible de faire recycler son vieux téléphone portable gratuitement en l’envoyant, pour recyclage ou réemploi, dans une enveloppe pré-affranchie,...

Les pneus de voiture sont une source majeure de pollution marine

Lorsque l’on conduit, nos pneus s’usent et de petites particules se détachent. On les retrouve dans les tissus des animaux marins qui...

Vers un déclin imminent de la population mondiale ?

La population mondiale devrait atteindre 8,8 milliards en 2100, soit 2 milliards de moins que les projections de l'ONU.

Vous avez relevé une erreur dans le contenu de cette page, et vous souhaitez la signaler ? Pour cela, surlignez-la, puis appuyez simultanément sur les touches Ctrl + Entrée. Nous procéderons aux corrections si nécessaire et dès que possible.

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :