Qui est vraiment Vincent Lapierre ?

Qui est vraiment Vincent Lapierre ?

Journaliste indépendant auto-proclamé, Vincent Lapierre est une figure particulièrement appréciée de certains gilets jaunes. Derrière ses couvertures engagées pour la liberté d’expression, le journaliste est-il réellement aussi impartial et indépendant qu’il prétend.

Adoré par l’extrême droite, détesté par l’extrême gauche, qui est vraiment Vincent Lapierre ?

 

Un climat de défiance envers les médias

 

La confiance du grand public envers les journalistes et grands groupes de média est au plus bas. Le Baromètre de la confiance des Français dans les médias révèle que seulement 50 % des citoyens pensent que les faits se sont déroulés comme ils sont décrits dans la presse. Depuis le mouvement des gilets jaunes, la confiance envers les journalistes est sans cesse en chute libre : seuls 32 % des sondés estiment que le mouvement est bien couvert par les médias.

Dans un tel contexte de remise en question, une figure s’est fait une place parmi les gilets jaunes. Vincent Lapierre, journaliste auto-proclamé, soutien ouvertement le mouvement, un engagement amplement salué et encouragé par les manifestants. Les gilets jaunes apprécient tout particulièrement son « honnêteté » et ses reportages « pas corrompus pas l’État ».

 

Partisan de la liberté d’information… et de théories du complot

Le journaliste affirme que la liberté d’informer subit de plus en plus de censures, notamment depuis la loi « anti-fake news », qu’il décrit comme une menace muselant l’expression sur internet. Lapierre use de mots durs pour décrire les politiques de la France sur les journalistes indépendants, estimant que la France « glisse de plus en plus dans la dictature ».

Mais ces propos engagés pour une plus grande liberté d’informer, sont rapidement soulignés par une théorie complotiste, selon laquelle la « censure s’appuie sur des milices […] antifascistes et la Ligue de Défense Juive, qui forment une police politique protégée par le pouvoir ».

 

Un journaliste proche de l’extrême droite
Alain Soral devant le mémorial de l’Holocauste en train de faire le geste de la «quenelle».

 

En observant le passé de ce journaliste « indépendant », on découvre rapidement qu’il a longtemps été proche du sulfureux Alain Soral, polémiste ouvertement antisémite, négationniste, homophobe et misogyne.

Lors de la marche pour les droits des femmes, en 2018, Vincent Lapierre minimise la question des inégalités hommes/femmes, en invoquant un problème de chômage de masse, qui justifierait les écarts de salaires entre les sexes. Couvrant par ailleurs la marche pour la vie, il donne la parole aux militants anti-avortement, et pointe du doigt la loi Veil.

Plusieurs fois, le journaliste Vincent Lapierre interroge Dieudonné, affichant sans complexe un soutien total à l’humoriste ouvertement antisémite. Il se montre également proche de l’auteur polémiste Eric Zemmour, en couvrant une séance de dédicaces à l’occasion de la publication de Destin Français, en octobre 2018, dans une librairie d’extrême droite récemment ouverte dans le quartier Latin de Paris.

En juillet 2018, il finit par quitter E&R et Alain Soral, après 5 années de collaboration.

 

Un soutien inconditionnel aux gilets jaunes

 

Vincent Lapierre couvre les manifestations des gilets jaunes, et encourage le mouvement social, balayant les rumeurs de perte vitesse des rassemblements. Dénonçant les tentatives de censures des autorités, il clame que « le pouvoir cherche à étouffer ce mouvement par tous les moyens », et évoque une répression totalement démesurée des forces de l’ordre. Clôturant son propos par des encouragements à l’adresse des gilets jaunes, Vincent Lapierre promet qu’il sera encore présent lors des prochains rassemblements pour « relater ce qu’il se passe réellement ».

La vision d’ensemble du profil d’une telle figure peut nous faire douter de l’impartialité du journaliste. Alors que ses vidéos sont visionnées par des dizaines de milliers de personnes sur les réseaux sociaux, Vincent Lapierre gagne une notoriété grandissante auprès des gilets jaunes, et rassemble autour de ses propos complotistes une audience qui lui accorde une totale confiance.

 

Mintleaf pour Les Alternatifs