[Slovaquie] Une femme devient Présidente pour la première fois, et c’est une militante écolo

Zuzana Čaputova, avocate, est devenue la première femme présidente de la Slovaquie samedi. Connue par son militantisme pour l’écologie et la justice sociale, elle a été choisie avec son slogan « Fais face au mal ». Elle représente ainsi une nouvelle ère de changement pour le pays.

Zuzana Čaputová a amplement battu son rival Maros Sefcovic, ancien vice-président de la Commission européenne, avec 58,38 % des voix. Soutenue par le président libéral sortant Andrej Kiska, Zuzana Čaputová va changer l’histoire de ce pays de 5 millions d’habitants qui a été très marqué par les affaires de corruption.

« Cherchons ce qui nous relie. Favorisons la coopération plutôt que les intérêts personnels »,a-t-elle déclaré à une foule de sympathisants à Bratislava. « Je suis heureuse pour le résultat, mais surtout pour le fait qu’il est possible de ne pas succomber à l’extrêmisme, de dire la vérité, et de se rassembler autour des valeurs d’humanité et de solidarité ».

Vice-présidente du tout jeune Parti Progressiste créé en 2017, Zuzana Čaputová est une outsider du monde politique slovaque et n’est entravée par aucun conflit d’intérêt. Son slogan « Fais face au mal » a tellement chamboulé le monde politique en place qu’elle a dû finir sa campagne accompagnée par quatre garde du corps. Rien qui ne puisse effrayer cette avocate et activiste chevronnée qui a l’habitude de se battre pour ses idéaux.

Diplômée en droit à l’université Comenius de Bratislava, elle a été récompensée en 2016 du prix international Goldman pour avoir lutté contre la décharge toxique de Pezinok, de la taille de 12 terrains de football, combat remporté avec une décision de la Cour de justice de l’Union européenne d’annuler le permis de construire de la décharge.

En février 2018, elle a grandement participé à la vague de manifestations citoyennes pour une « Slovaquie décente » suite au double assassinat du journaliste d’investigation Jan Kuciak et de sa fiancée à leur domicile. Le premier ministre de l’époque, Robert Fico, avait été contraint de démissionner, tout en restant à la tête du parti Smer-SD et proche de l’actuel premier ministre Peter Pellegrini. Zuzana Čaputová défend aussi l’accès à l’IVG et la reconnaissance des droits des couples homosexuels, dans un pays encore sous influence de l’Eglise catholique.

Lire la suite

Laurie Debove pour La Relève et La Peste.