Mon Programme par Alain Guerder

Ce programme d’action se nomme “Mon Programme” afin que chacun puisse se l’approprier.

Mon Programme est à disposition de chacun comme document de référence pour se mobiliser sur des bases et dans une direction commune pour faire pression, de la manière qui lui convient et à l’échelle qui lui convient, du niveau le plus local jusqu’au niveau international, afin de mettre en place un système social et économique ouvert et non‑destructeur. Les moyens utilisés restent toujours pacifiques mais sans concessions.
De nombreux groupes formels ou non agissent dans le monde entier pour changer les choses. Mon Programme ne diffère pas des revendications communes à tous ces mouvements. Il ne prétend pas faire mieux que leurs propres façon de faire. Il se veut seulement un programme commun afin de fédérer les volontés.

Jusque là les revendications n’ont réussi qu’à générer une opposition de plus en plus virulente de la part des autorités en place. Avec un document commun, la force de chacun sera multiplié par celle des autres. Chaque organisation regroupe seulement quelques centaines ou milliers de gens dans le meilleur des cas. En ce groupant avec un programme commun, c’est une force de millions de gens réclamant la même chose !

On ne peut plus se séparer derrière des idées, nous réclamons tous la même chose de façon différente. En adoptant Mon Programme comme feuille de route, chacun reste lui-même, chaque groupe d’action garde son identité et l’ADN de son organisation. Il n’y a aucun engagement autre que celui de parler d’une même voix.

Si tel ou tel point pose un problème de conscience ou de logique ou d’éthique, il sera toujours temps de le rectifier quand les citoyens auront leur assemblée délégative pour le décider.

Les mesures proposées par Mon Programme sont, je le répète, des mesures proposées en urgence et qui reste à débattre par la communauté. Le fait que Mon Programme existe permet de disposer dès aujourd’hui d’une liste construite de revendications et d’autre part remplacer lorsque ce sera le moment la gouvernance actuel qui est la gouvernance de l’échec par une assemblée citoyenne sans temps de flottement.

Mon Programme est une synthèse des propositions existantes et les plus probantes faites par des analystes indépendants. Ce sont des mesures radicales, même si elles peuvent être peu populaires et qui sont de toute façon critiquable… a‑t‑on vraiment le temps pour une guerre idéologique ?
on met en place et après on voit ! après oui on aura le temps de critiquer… peut-être si ce n’est pas déjà trop tard…

Il est souhaitable de mettre en place une plateforme collaborative pour analyser, développer et préciser les mesures d’urgences.

L’idée principale reste :

Faire en sorte que cela soit fait, maintenant, sans sacrifier aux impératifs économiques
Mon Programme peut sembler une utopie complètement folle.
qu’est‑ce qui est utopique ? avoir voulu croire qu’un environnement limité pouvait satisfaire une avidité illimitée ?
qu’est‑ce qui est fou ? avoir accepté qu’une poignée d’inconnus décide du sort de la vie dans sa totalité ?
Il est tout aussi légitime de rêver que demain, une assemblée populaire débarque gentiment dans les structures gouvernementales pour demander gentiment aux personnes présente de prendre gentiment la porte de sortie.

C’est là le but unique que ce fixe Mon Programme, ce pourquoi il a été conçu.

Les mesures d’urgence** :

– MISE EN PLACE D’UNE GOUVERNANCE PAR ASSEMBLÉES CITOYENNES DÉLÉGATIVES

– APPLICATION IMMÉDIATE DES MESURES PRÉSENTÉES DANS “MON PROGRAMME”

– ADOPTION DES INSTRUMENTS UNIVERSELS DES DROITS DE L´HOMME DE L’ONU* EN TANT QUE CONSTITUTION

1 – présidence collégiale dans tous les secteurs d’activités qu’ils soient économique ou politique, quelle que soit la taille de la structure
2 – tests psychométriques réguliers et pouvant être éliminatoires pour les postes de directions et décisions à n’importe quel niveaux
3 – utilisation exclusive d’unités monétaires décentralisées
4 – programme de décroissance démographique massive
5 – gel des surfaces urbanisées et des surfaces cultivées
6 – création d’un éco‑tribunal pénal international
7 – arrêt immédiat de production de matières plastiques qui ne soient pas à la fois biosourcées et renouvelables
8 – adoption d’un plafond d’acquisition personnelle
9 – et son corollaire, plafonnement des parts de marché des industries et entreprises
10 – évolution technologique contrôlée et ralentie ou stoppée pour celles qui ne sont pas nécessaires à la survie immédiate.

Alain Guerder


* après synthèse et adaptation afin de réduire le nombre de documents et de pouvoir les utiliser en tant que référence législative
** les mesures d’urgence ici présentées sont provisoires et nécessitent un travail collaboratif pour les affiner ou les modifier ou en proposer d’autres